La confiance est comme un organisme vivant. Il est cultivé, nécessite un entretien et peut être détruit. Si notre confiance dans une organisation est jamais endommagée, elle nous fait perdre confiance dans la capacité et la fiabilité de celle-ci à effectuer des tâches ou à produire du travail soit à temps, soit de bonne qualité. La confiance doit être gagnée. Nous ne faisons pas confiance aux organisations sans voir d’abord des avantages.

Le public croit que les entreprises produiront des biens et des services sûrs selon un certain niveau de qualité. Nous avons également des attentes quant à la manière dont la société agira et se comportera. Les organisations doivent s’intéresser au bien-être de la communauté et de l’environnement. Les consommateurs n’achèteront des biens que s’ils croient que l’organisation a à coeur leurs intérêts. Par exemple, un produit alimentaire respecte les réglementations gouvernementales et peut être consommé sans danger.

Perdre la confiance du public signifie que la société a fait quelque chose pour briser la confiance dans le produit de la société ou dans son comportement. Ce qui était censé être sûr et fiable n’est plus le cas. La société a peut-être réduit ses coûts pour réduire les coûts au détriment de la qualité.

La confiance dans une organisation est importante car elle concerne toutes les parties prenantes. Les parties prenantes des organisations incluent les investisseurs, la communauté, les clients et les employés. Les investisseurs qui croient en l’entreprise investiront davantage. Si le conseil de la communauté locale croit en l’entreprise, il facilitera ses activités. Les clients achèteront plus s’ils croient aux produits ou aux services de l’organisation. Les employés qui croient en l’organisation travailleront plus intelligemment, plus durement et généreront de nouvelles idées.

Si la confiance est endommagée, l’organisation ne doit pas uniquement penser aux investisseurs, mais également à toutes les parties prenantes. Dans une mauvaise situation telle qu’un scandale, cela amène les parties prenantes à remettre en cause l’organisation. Une organisation peut perdre des employés car elle peut être gênée de travailler pour elle. Cela conduit à un taux de rotation du personnel plus élevé et à des coûts de formation plus élevés. Le leadership doit être proactif pour prévenir les violations de l’éthique. Cela implique d’avoir une vision claire, de promouvoir les politiques en matière d’éthique et de démontrer que l’éthique est valorisée dans l’organisation. L’organisation peut promouvoir des cours de formation au leadership et des ateliers sur l’éthique. Le leadership devrait promouvoir la transparence, la bonne gouvernance et une culture organisationnelle éthique. Le leadership nécessite une compréhension claire des attentes morales.

Une organisation digne de confiance promeut une bonne culture par le biais de politiques, procédures, valeurs et égalité. Les dirigeants doivent modeler le comportement qu’ils souhaitent que leurs employés adoptent en montrant le bon exemple et en soutenant leurs employés. Le leadership a la responsabilité de cultiver une bonne éthique, de créer un sens et de donner un but. Le leadership doit respecter les normes éthiques, promouvoir la responsabilité d’entreprise et prévenir la pensée de groupe.