Théorie X et Théorie Y Les théories de gestion ont vu le jour dans les années 1960 par Douglas McGregor. Théorie X et Théorie Y Les styles de gestion reposent sur des hypothèses concernant le comportement humain et sont essentiellement opposés les uns aux autres. Celles-ci sont parmi les premières théories discutées dans les écoles de commerce et sont assez faciles à comprendre car elles sont deux points de vue complètement différents et la plupart des gestionnaires se situent quelque part entre les deux. La théorie X est une vision très pessimiste des employés, tandis que la théorie Y est beaucoup plus optimiste. Ces théories semblent essayer de donner des résultats extrêmes et d’autres théories de gestion s’appuient sur celles-ci.

Théorie X

  • les employés détestent le travail et feront tout pour l’éviter
  • les employés ne veulent aucune responsabilité
  • ce que dit la direction
  • les employés ne sont pas créatifs
  • les employés ne sont motivés que par des récompenses et de l’argent
  • l’organisation doit avoir une structure hiérarchique bien définie
  • les employés ont besoin d’une supervision étroite, ont besoin d’une micro-gestion et ont besoin d’aide pour rester sur la bonne voie
  • la direction doit faire pression pour que le travail soit fait
  • les employés ont besoin de direction
  • les employés sont égocentriques et veillent sur eux-mêmes

Ce style de gestion a tendance à produire un moral très bas, car il ne dépend que du manager et ne constitue pas un effort d’équipe.

Théorie Y

  • les employés pensent que le travail est aussi important que les loisirs
  • les employés sont ambitieux et veulent plus de responsabilité
  • la créativité est sans limites
  • les employés ont besoin de besoins de base, de nourriture, d’un abri, mais une fois satisfaits, nos besoins plus importants, tels que les besoins de développement personnel, sont des motivations énormes
  • les employés sont autogérés et peuvent atteindre leur potentiel maximum avec un minimum de supervision
  • c’est une démocratie, les travailleurs ont leur mot à dire dans le processus de prise de décision
  • les employés sont autonomes
  • les collaborateurs se tournent vers l’avenir et leur évolution de carrière
  • les responsables soutiennent et facilitent la tâche des employés en leur fournissant les outils et en leur évitant de se déplacer
  • les managers encouragent le développement de l’employé

Ce style de gestion tend à produire un moral élevé et favorise une communication ouverte et honnête.